Élections provinciales 2007 du Québec, Tous vos votes comtent.
 

Accueil                                                                                

 

 

Élections Provinciales 2008 du Québec

Dossier Politique: réglementation officielle des Médecines Douces et la CPMDQ

COMMUNIQUÉ DE PRESSE  -  POUR PUBLICATION IMMÉDIATE : 12 mars 2007
CONTACT: LOUISE CHENEL, COMMISSION DES CITOYENS POUR LES DROITS DE L'HOMME

TÉLÉPHONE: (418) 529-2267 COURRIEL: info@droitshumains.ca SITE INTERNET: www.droitshumains.ca

Des millions d’enfants TDAH faussement diagnostiqués


Le psychiatre responsable de l’identification des critères de diagnostic du TDAH vient d’admettre que des millions d’enfants qui ont été étiquetés comme ayant ce trouble mental n’avaient en réalité aucune maladie.

Le Dr. Robert Spitzer a affirmé que jusqu’à 30% des jeunes étiquetés comme souffrant d’hyperactivité ou de comportements perturbateurs pourraient avoir été misdiagnostiqués. Selon lui, ces enfants auraient simplement exhibés des signes normaux de joie ou de tristesse. «Plusieurs de ces conditions pourraient être des réactions normales et non pas des troubles mentaux,» a-t-il ajouté.

Le Dr. Spitzer a été un des psychiatres les plus influents dans le monde, particulièrement dans les années ’70 et ’80 alors qu’il a fait ajouter au DSM (la « bible » des troubles mentaux que les psychiatres utilisent pour facturer les compagnies d’assurance) une grande quantité de nouvelles « maladies mentales » pour lesquelles le traitement habituellement prescrit était des drogues psychotropes.

Ces aveux du Dr. Spitzer arrivent au milieu de nombreux scandales qui ont grandement ébranlé la crédibilité de la psychiatrie, en particulier depuis que Lisa Cosgrove, chercheur à l’Université du Massachusetts, a publié avec grand fracas en avril dernier le résultat de ses recherches sur les liens financiers entre les figures de proue de la psychiatrie mondiale et les compagnies pharmaceutiques. Les recherches de Mme Cosgrove montraient que dans certaines catégories de troubles mentaux (troubles de l’humeur, schizophrénie…), 100% des psychiatres qui avaient défini leurs critères de diagnostic avaient des liens financiers avec les compagnies pharmaceutiques fabriquant des médicaments psychotropes habituellement prescrits pour ces troubles mentaux. Selon le journal Le Figaro, dans au moins un cas, un trouble mental avait spécifiquement été « inventé » pour pouvoir lancer un nouveau médicament psychiatrique.

Selon Denis Côté de la Commission des citoyens pour les droits de l’homme (CCDH), une organisation sans but lucratif dont la mission est de faire enquête et de rendre publiques les violations des droits humains commises dans le domaine de la santé mentale, « la réalité est incroyable : les psychiatres ne font aucun test, leur diagnostics sont entièrement subjectifs, ils admettent ne pas connaître les causes et pire, n’avoir jamais guéri personne. Pourtant, l’industrie psycho-pharmacologique mondiale soutire des centaines de milliards de dollars annuellement, principalement à même les fonds publics et elle s’assure qu’aucune alternative à succès ne soit connue de la population. »

Pourtant, les succès éclatants d’écoles « sans ritalin » comme l’Académie des Petits Phénix à Longueuil ou encore l’école publique de Tolson en Arizona où les méthodes habituelles de la psychiatrie et de la psychologie ont été rejetées font se questionner de nombreux parents sur la validité des diagnostics émis par les psychiatres et les psychologues. Un parent déclarait, « Au lieu de rechercher les ‘bibittes’ chez les enfants qui bougent un peu trop, ces écoles et ces enseignants mettent l’accent sur développer les aptitudes des enfants. En refusant de blâmer le cerveau des enfants pour quoique ce soit de négatif, on leur montre qu’ils sont capables et qu’ils peuvent progresser. On attend beaucoup d’eux, on les encourage et on les félicite lorsqu’ils font de bons progrès. »

Pour en savoir plus sur les alternatives au sujet du TDAH, consultez le site web de la CCDH Québec au www.droitshumains.ca.

 


 

Tous vos votes comptent ainsi que ceux des consommateurs en médecine douce. Que certains partis politiques voient la réalité.

 

 

Ce site est en collaboration avec la                                                                    

Commission des Praticiens en Médecine Douce du Québec (CPMDQ)

 

Payé et autorisé par Dr Peter Véniez Ph.D., N.D., agent officiel de la CPMDQ.